TETRA, Troubles à l’Environnement,

Transmettez au Réseau d’Alerte
Vous avez été témoin d’un événement qui porte atteinte à l’environnement, témoignez, soyez lanceur d’alerte et aidez nous à mieux protéger le massif des Vosges. Cliquez ici pour accéder au formulaire

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur

Réponse au lobby VTT

Réponse à la pétition et à la lettre ouverte au Ministre des sports, aux Préfets, du lobby commercial des VTT

En préambule, nous voulons réaffirmer quelques-uns des principes qui guident notre action.

Nous venons de connaître dans l’actualité récente des événements extrêmement graves ayant trait à la pratique du VTT. Des pièges ont été installés sur des passages de VTT dans le but de blesser voire de mettre en danger la vie des usagers. Ce n’est malheureusement pas la première fois que de tels actes criminels sont commis.

SOS Massif des Vosges a toujours condamné avec la plus grande détermination ces actes qui peuvent blesser gravement et dans certains cas aller jusqu’à la mort des vététistes qui seraient piégés par de telles installations criminelles. Aucune activité sportive ne peut être la cible d’intimidation et aucun sportif ne doit être menacé dans son intégrité physique en pratiquant son sport. Nous adressons nos vœux de prompt rétablissement au jeune vététiste gravement blessé dans la vallée de Masevaux.

Dans ce domaine comme dans tous les autres de la vie sociale, les conflits et les différences de points de vue doivent pouvoir s’exprimer dans la clarté et le respect de chacun. C’est ainsi que nous avons toujours agi et nous rejetons fermement les scandaleuses accusations portées contre notre association par les représentants du lobby VTT dans leur lettre ouverte, visant à nous rendre responsables de ces agissements criminels et accessoirement à faire taire toute opposition à leur action. Accusations largement reprises par quelques esprits faibles aisément manipulables qui n’hésitent pas à les agrémenter de menaces à l’encontre des personnes. A cet égard, l’association va engager des actions en justice contre les auteurs de menaces et allégations mensongères adressées aux membres de l’association.

Le caractère scandaleusement accusateur et mensonger de l’argumentaire du Lobby VTT suffirait à disqualifier définitivement ses rédacteurs. Ces derniers ont pris la précaution de ne pas franchir la ligne rouge qui les auraient menés devant les tribunaux. Nous répondrons toutefois à l’ensemble des points évoqués par le lobby VTT.

Une pétition intitulée « non à l’interdiction du VTT dans les Vosges »

Mais qui veut interdire le VTT dans les Vosges ?

Il paraîtrait que c’est nous, en tout cas selon les initiateurs de cette pétition nationale. De deux choses l’une ou ils ne savent pas lire, ou ils mentent comme des arracheurs de dents. Ceux qui le souhaitent peuvent lire et télécharger le texte de notre pétition sur ce lien

http://www.sos-massifdesvosges.fr/wp-content/uploads/2021/09/Les-Vosges-bientôt-orphelines-de-la-randonnée-pédestre-01.pdf

Il est en effet plus facile d’obtenir de nombreuses signatures, qui plus est au plan national, en laissant penser que d’horribles personnages voudraient éjecter les VTT du massif. Tout le monde sait qu’une pétition n’est en général jamais lue en entier et que la plupart des signataires ne s’attachent qu’au titre.

Que recherche le pratiquant de VTT enduro, tout terrain ?

La vitesse, l’adrénaline,la prise de risque, toutes choses, n’est-ce-pas, qui caractérisent l’amoureux de la nature, du silence et de la quiétude !

Le développement de ces sports en pleine nature sur les pentes escarpées du massif vosgien est la garantie de profits immenses des marchands, et fabricants de vélos. C’est la garantie de voir se développer ce marché, bien au delà des VTT enduro et tout terrain vers des VTT électriques, qui permettront à un public peu ou pas sportif de grimper ces mêmes sentiers sans efforts et de les descendre la main sur le frein en se prenant pour des aventuriers. C’est demain l’ouverture déjà programmée à toutes sortes de nouveaux « produits » motorisés ou non qui envahiront les pentes forestières et les chaumes. C’est l’envahissement de la nature par des machines et objets inutiles, consommateurs d’énergie et de ressources rares.,

C’est l’industrialisation des sites dorénavant consacrés aux loisirs fabriqués artificiellement par les marchands en tous genres, avec la complicité active des offices de tourismes, des collectivités dont l’horizon se limite aux statistiques de fréquentation et au chiffre d’affaire, soutenus en cela par quelques Présidents d’associations de marcheurs en recherche de notoriété, et pour couronner le tout, avec le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges comme caution. Parc qui semble trahir bien souvent la charte qui devrait encadrer son action.

C’est également la garantie d’une dégradation accélérée des sols forestiers, les pratiquants de VTT enduro s’écartent systématiquement des pistes même lorsque celles-ci sont spécialement aménagées à leur intention. C’est plus drôle et plus « fun » de couper les virages et de s’élancer en hors pistes. Nous tenons à disposition des vidéos tournées par les pratiquants eux-mêmes.

Les déclarations hypocrites des acteurs économiques du domaine, gestionnaires, vendeurs etc. ne sont là que pour présenter une façade respectable d’une activité qui n’a rien à faire dans ces lieux. On imagine mal un vendeur de VTT, un gestionnaire de pistes déjà aménagées ou un président d’association, faire la promotion du hors piste ou du VTT extrême. au contraire, ils tiennent à donner une image respectable et consensuelle de cette activité destructrice et pourquoi pas en faire un modèle de respect de la nature et de ses autres utilisateurs. Et c’est ainsi que nous découvrons ébahis, une opération de communication associant un président d’une section de club vosgien et des vététistes « entretenant et aménageant » devant les caméras de FR3, quelques mètres de sentier à grands coups de pioches, et cerise sur le gâteau, illustrant le concept par la mise en scène d’un croisement improbable d’une randonneuse et d’un vététiste sur la partie justement « aménagée »!

Le vététiste de base signataire ou non de cette pétition n’est ici que le support publicitaire d’intérêts économiques et politiques qui se positionnent sur ce nouveau marché, faisant le pari d’un retour rapide sur investissement. Retour d’autant plus rapide, qu’aucun gros investissement sinon de communication n’est nécessaire puisque c’est la nature, notre bien commun qu’ils exploitent et détruisent sans vergogne.

VTT Enduro, tout terrain, de descente, free ride ou trial, il existe de multiples termes désignant les pratiques acrobatiques du VTT, elles ont cependant un point commun, elles se pratiquent toutes en montagne, en partie sur des pistes aménagées, mais de plus en plus sur les sentiers étroits à fort dénivelé et hors pistes.

Les accidents : sur les pistes de descentes aménagées dans les stations de ski, de très nombreux accidents surviennent pendant les périodes de fréquentation, obligeant l’intervention répétée plusieurs fois par jour, des services de secours terrestres et aériens (hélicoptères de la protection civile). Il n’y a pourtant aucun randonneur sur les lieux !!!

On n’ose imaginer la multiplication des risques et consécutivement des accidents lorsque ces pratiques exploseront sans limites sur les pentes et sentiers de nos montagnes.

Qui aurait l’idée absurde de partager les routes départementales avec les bolides de formule 1 ?

Faire l’amalgame entre les vététistes qui se baladent tranquillement en forêt sur les allées forestières et les pratiquants du vélo tout terrain est une escroquerie intellectuelle. Ces deux pratiques n’ont strictement rien à voir entres elles. Les premiers ne dégradent pas les sols forestiers, ni ne mettent en danger l’intégrité physique des randonneurs. Les auteurs de la pétition et de la lettre ouverte entretiennent volontairement la confusion pour mieux embrouiller le lecteur.

Mais au delà de ces petites manœuvres et des pratiques douteuses du lobby VTT tentant de nous faire taire en nous rendant responsable des pires crimes, retenons que l’essentiel réside dans les promesses de profits attendus grâce au développement de ces nouveaux marchés.

Le combat que nous menons n’est pas dirigé contre les VTT. Il tente avec les moyens qui sont ceux d’une association de bénévoles uniquement financée par les adhésions et les dons, d’alerter la société sur les risques multiples, tant pour l’environnement que pour les personnes, que font courir ces pratiques extrêmes et invasives et leurs développements futurs, massivement soutenus par des intérêts financiers totalement indifférents à la préservation de l’environnement.

SOS Massif des Vosges
Le 20 septembre 2021

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur Réponse au lobby VTT

petition : Les Vosges bientôt orphelines de la randonnée pédestre et de la quiétude de leur nature ?


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/users6/s/sosmdv/www/wp-content/plugins/speakup-email-petitions/includes/class.petition.php on line 307

Les sentiers pedestres ne sont pas des pistes de vitesse.

Les Vosges bientôt orphelines de la randonnée pédestre
et de la quiétude de leur nature ?

« Circulez il n'y a rien à voir » pourrait être le slogan et la justification de l'annonce incroyable de l'ouverture à la circulation des VTT et autres enduro des sentiers pédestres par le Président du Club Vosgien du Haut-Rhin, soutenu par la Communauté de Communes de St Amarin et le Parc des Ballons des Vosges. (Voir article DNA 03 juillet 2021).
Comment comprendre que la principale association de randonnée pédestre du massif, qui sait ce que randonner veut dire et ce que recherche le randonneur, qui promeut la beauté des Vosges, ouvre ses sentiers les plus précieux, là où ils existent encore, à la fréquentation des deux roues avides de vitesse et garants de dégradations et de pollutions multiples ?
Comment comprendre que soit méconnu le danger qui résulte de la cohabitation entre montagnards paisibles et descendeurs nécessitant un espace sécurisé plus large ?
Comment comprendre le soutien à ce laisser-aller, du Parc des Ballons des Vosges, qui se veut défenseur de la tranquillité en communiquant à grand frais sur la  « quiétude attitude » ?

SOS Massif des Vosges est sidéré par une telle attitude et dénonce ce qui ressemble à une abdication générale face au phénomène commercial des activités ludiques. toujours plus dépendantes de la technique et de l’argent Le VTT enduro serait-il à même d'engranger plus de revenus que le brave randonneur ?
La quiétude n'est-elle qu'un souhait marginal ? Non, c'est l'aspiration de tous ceux qui
ne pratiquent pas le « sauvagement irresponsable » et c'est la grande majorité.
Les randonneurs préfèrent-ils voir surgir des guidons et des casques au lieu de cornes
d'animaux ? Non, c'est certain, mais ils n'ont pas été consultés, comme bon nombre de sections du club vosgien d'ailleurs,
La nature peut-elle s'adapter sans fin ? La réponse est bien connue, avec la triste chute de la biodiversité.

Le « partage » des sentiers pédestres est imposé de trois façons : soit sans aménagements, soit avec aménagements des virages, soit avec tronçons parallèles proches. Les sentiers prenant peu à peu la forme de sillons, les bénévoles du Club Vosgien, aidés des cyclistes ou des communes, œuvreront annuellement pour réparer les dégradations et en permettre de nouvelles.

Les promoteurs de ce « partage » ont posé les bonnes questions au départ : faut-il « sacraliser la nature ? », Faut-il concentrer les pratiques qui fâchent dans les stations ou diffuser largement ?

Les réponses qu’ils apportent auront pour effet de banaliser le VTT dans tous les espaces montagnards et forestiers qu’il s’agisse comme c’est déjà le cas, des pistes dans les stations, dans les zones Natura 2000, l'homologation de descentes VTT clandestines en circuits légaux. Et maintenant avec les sentiers partagés, plus aucune limite ne sera opposée à l’envahissement des VTT enduro, électriques etc., hors des chemins forestiers carrossables où ils ne posent aucun problème.
Il va sans dire que contrairement aux affirmations des promoteurs et ainsi que nous pouvons déjà le constater, cette banalisation ouvre un boulevard aux pratiques sauvages, bien plus excitantes. Le hors piste deviendra la norme et il sera trop tard pour réagir.

Ces pratiques vont à l'encontre d'un apprentissage et d'une perception responsable de la nature et de la forêt. Elle ne font que conforter une approche instrumentalisée au service du plaisir qui transforme la nature, les espaces sauvages et la montagne en particulier, en parc de loisirs soumis à la vitesse et au vacarme pour le bonheur de quelques marchand du temple. Déjà de nouvelles modes apparaissent, comme le « Trot », croisement improbable entre un VTT enduro et une trottinette électrique, et sans doute que Monsieur Le Président du club Vosgien du Haut Rhin et la direction du Parc s'enquièrent déjà de savoir quelles espaces ils pourraient réserver à ses pratiquants, avant l'apparition du prochain gadget de notre société malade et irresponsable.
SOS massif des Vosges lance une pétition et appelle tous les randonneurs et les amoureux de la nature et de la montagne à réagir massivement contre ces décisions irresponsables.

[signature]

Signer
443 signatures

Partager avec vos amis:

   


Téléchargez le texte de la pétition

Dernières Signatures
443Marie Odilejl Baysang
442Raphaël Zighmi"Sur le terrain, les collisions piéton-vélo sont inexistantes" Ai-je pu lire dans la presse. Ah ! Parce qu'il faut attendre un accident pour protéger les piétons ? En tout cas, mon bras se souviens très bien d'une rencontre croisée sur un sentier de 40 cm de large.
441Fabienne ChartonStop à la destruction de la faune et de flore vosgienne par ces fous du guidon vététistes en mal de sensations fortes
440Michel CHARPENTIERIl y en a assez des ces Vététistes qui se prennent pos qui sur les rois de la forêt. Assez d'entendre quand on leur fait une remarque qu'ils se font plaisir et qu'ils font ce qu'ils veulent. Pourquoi ne pas faire allusion tout simplement à l'article
439marilyne lemaireune honte... d'interdire une pratique si simple
438Jacky CHRISTMANNles randonneurs sont de mauvaise foi lorsqu'ils réprimandent les vététistes sans sonnettes
437ALAIN TISSERANT
436cyril Artuso
435matthieu acker
434guy dieboldun manque de respect des VTTistes vis à vis des randonneurs et de la nature
Posted in Non classé | Commentaires fermés sur petition : Les Vosges bientôt orphelines de la randonnée pédestre et de la quiétude de leur nature ?

Motos et nuisances sonores, après l’atelier « Nudge » !

Le Préfet des Vosges venu clore l’atelier.

Lundi 21 juin après une longue période d’inaction, la Préfecture des Vosges invitait notre association et tous les acteurs du massif des Vosges à un atelier « Nudge », sur la question des nuisances sonores générées essentiellement pas les motos.

L’objectif annoncé était de tenter de rechercher des solutions à ces questions en évitant les affrontements des positions entre motards et défenseurs de la tranquillité. A la réception de cette invitation nous nous sommes interrogés sur notre participation et à ce qui pouvait apparaître comme une tentative de la Préfecture et des services de l’État de se défausser de leur responsabilité sur les associations : qu’il s’agisse des associations de motards ou des associations environnementales. Car ne l’oublions pas ce problème est connu de tous depuis très longtemps. Il a fallu que depuis une année, nous mobilisions les habitants et les usagers du massif, que nous organisions des actions, que nous interpelions les responsables locaux pour qu’enfin un début de prise de conscience se fasse jour.

Après avoir évalué le pour et le contre, nous prîmes la décision de participer à cet atelier, tout en rappelant que l’essentiel de la solution résidait dans les mains des Conseils départementaux et des Préfectures qui n’avaient, à part l’exception alsacienne, toujours pas réagi concrètement à l’urgence de ce dossier. Nous avons de plus, eu à déplorer l’absence de représentants élus du Conseil départemental des Vosges ! Nous avons enfin rappelé que la simple application de la loi, telle qu’elle existe, contribuerait dans ce domaine à faire un pas significatif vers une résolution du problème.

Nous ne nous étendrons pas sur l’atelier « Nudge », vieille lune du marketing commercial, inadapté au sujet qui nous préoccupe, pas plus que sur l’animation défaillante et infantilisante du cabinet conseil missionné.

L’atelier était commandité par la Préfecture des Vosges et c’est Monsieur le Préfet en personne qui est venu clore la journée.

Mais avant d’aborder le contenu des déclarations du Préfet nous retiendrons de cette journée quatre pistes complémentaires aux mesures incontournables que nous continuons de porter, telles que la limitation de vitesse à 40 km/h sur la route des crêtes et les parties sommitales du massif, 60 km/h sur les routes d’accès, la fermeture aux véhicules à moteurs du tronçon de route situé entre le col de la Schlucht et le col du Calvaire, ainsi que la montée du Hohneck. L’efficacité de ces quatre pistes complémentaires (voir ci après), proposées par notre association est évidemment conditionnée à la mise en œuvre préalable des mesures que nous venons de citer, et ne peuvent tenir lieu à elles seules de feuilles de route :

-1- Requalifier la route des Crêtes en « Route du respect ». Du col de Bagenelles au Grand Ballon sur le modèle de la « route des vins » en Alsace ou de la « route thermale » dans les Vosges, inciter les usagers de la route à respecter la nature et les autres usagers et habitants du massif en adoptant les bonnes pratiques. Rédaction d’une charte de bonne conduite et mise en place d’une signalétique adaptée et non invasive ainsi que des actions et des points de sensibilisation utilisant les équipements déjà présents.

-2- Transformation là où c’est possible de la route des Crêtes en route partagée

-3- Implantation de radars sonores de type Méduse avec un objectif pédagogique

-4- Création d’un espace artistique sur le thème du silence, accueillant des œuvres d’artistes contemporains

D’autres propositions furent évoquées par les participants, comme la mise en place d’ateliers pédagogiques dans les bars restaurants, la réalisation de sets de table ciblés….

La conclusion de cette journée par le Préfet des Vosges fut un moment important. Nous avons noté tout particulièrement, la reprise de notre proposition de fermeture aux véhicules motorisés de tronçons de cette route emblématique à certaines périodes de l’année, au-delà de la saison hivernale pendant laquelle la route est de toute façons fermée à toute circulation. Ceci marque une avancée notable dans la prise en compte par les services de l’État de l’ampleur du problème et ouvre de nouvelles possibilités pour des solutions efficaces et innovantes.

Nous nous félicitons de cette nouvelle donne et nous serons attentifs à la traduction concrète de ces excellentes intentions sur le terrain.

Le combat que nous menons commence à porter ses premiers fruits, ce n’est pas le moment de relâcher la mobilisation, bien au contraire.

Nous donnons rendez vous aux services de l’État représentés par les Préfets et aux Conseils départementaux du massif dans les prochaines semaines, pour progresser encore dans les propositions concrètes à mettre en œuvre

Le 23 juin 2021

SOS Massif des Vosges

Posted in Communiqué, Environnement, Tourisme, Vosges | Commentaires fermés sur Motos et nuisances sonores, après l’atelier « Nudge » !

Lettre aux 7 Préfets du massif vosgien.

Communiqué adressé aux Préfets des sept départements du massif Vosgien

le 03 mai 2021

Messieurs les Préfets

Lors des deux derniers déconfinements, le massif des Vosges a été le théâtre privilégié du défoulement d’un grand nombre de motards, de toutes nationalités, sévissant souvent en hordes : bruit, vitesse, incivilités diverses, mise en danger de la vie d’autrui… Les routes du massif ont été transformées en circuit de compétition, rendant la vie impossible aux habitants des vallées y compris à tous les riverains des routes y conduisant, contraints d’endurer le vacarme insupportable de machines hors normes notamment pendant les week-end et jours fériés. Les usagers habituels du massif, randonneurs, cyclistes, visiteurs furent également victimes de ces déchaînements et furent contraints de renoncer à fréquenter la montagne.

Notre association a relayé la très grande exaspération des habitants et des usagers du massif. Plusieurs actions et initiatives furent organisées et une réflexion est en cours, pour articuler des propositions concrètes permettant un retour pérenne au calme et à la quiétude, sur l’ensemble du massif. Les nombreux contacts et rencontres organisés avec des élus, des responsables associatifs, et des acteurs du massif, ont déjà permis de formaliser quelques propositions. Nous souhaitons pousser encore la réflexion, afin d’aboutir à un ensemble cohérent de mesures réellement efficaces, à la hauteur de l’enjeu. En effet, nous sommes convaincus que nous réglerons ce problème uniquement par la mise en place de mesures structurelles adaptées au territoire. Celles-ci, nous en sommes conscients, nécessiteront du temps pour être concrétisées et produire leurs effets.

En attendant, alors que les week-end, ainsi que toute la période estivale, qui s’annoncent risquent d’être dévastateurs, nous vous sollicitons afin que vous mettiez en œuvre dans l’urgence tous les moyens que vous jugerez nécessaires, notamment contrôles de vitesse et de bruit, dans le but de faire respecter nos droits les plus élémentaires, en termes de tranquillité, de sécurité et de qualité de vie au quotidien.

Envoyer un signal fort, aura pour effet de limiter et réduire pendant un temps au moins, les graves incivilités et les dérives constatées lors des déconfinements précédents.

Nous vous prions d’agréer, Messieurs, l’expression de nos meilleures salutations

SOS Massif des Vosges
Collectif pour la quiétude et la sécurité dans le Massif des Vosges

Posted in Communiqué, Environnement | Commentaires fermés sur Lettre aux 7 Préfets du massif vosgien.

Qui veut bétonner le Hohneck ?

Début janvier, une séquence de cinéma est tournée sur le haut de la chaume du Paquis des Fées au col du Wormspel sous le Hohneck.

Des promeneurs en raquettes découvrent avec stupeur sur la neige, une Citroén BX, une bétonnière et un engin de damage afin de permettre à ce singulier équipage d’accéder jusque-là !

Doit-on rappeler que nous sommes au cœur d’une zone protégée, à la fois « site inscrit » et « Natura 2000 ».

Cet espace est par conséquent strictement interdit à tous véhicules à moteur, moto, moto neige, quad, voiture, nul n’avait jusque-là penser à interdire aussi les bétonnières !

Devant l’étonnement des promeneurs, le responsable de ce déploiement affirma avoir sollicité la mairie de La Bresse et le Parc naturel régional des ballons des Vosges et avoir obtenu leur autorisation. Vérification faite auprès de ces deux collectivités, nous ne pouvons malheureusement que confirmer !

Quel bel exemple et quel encouragement offert à ceux qui considèrent que ces espaces sont destinés à leurs petits plaisirs et que les parcourir en toutes saisons à moto, en quad, en moto neige, en 4X4 est un droit qu’on ne saurait leur contester. Cette espèce de dinosaures est en voie de disparition, et c’est heureux, mais ils ne peuvent que se sentir confortés et revigorés dans leurs égarements à la vue de ce spectacle, ayant qui plus est, obtenu l’imprimatur de la commune et du Parc

Nous avons appris que cette séquence a été tournée pour un court métrage en préparation, mais la création quelle qu’elle soit ne peut justifier ces dérives. Les paysages et les espaces naturels sont déjà fortement impactés par l’artificialisation et l’industrie touristique, il n’est pas nécessaire d’y ajouter l’industrie du spectacle qui a largement le choix de s’exprimer en des lieux moins sensibles. Il serait temps d’en prendre conscience et de prendre au sérieux leur nécessaire protection. Celle-ci passe assurément par la représentation et les images positives que l’on en donne et qui commencent, au travers des valeurs de respect de la nature et de la vie sauvage, a s’inscrire trop lentement dans l’imaginaire collectif.

Ce site est protégé et rien ne justifie que l’on déroge à ce point aux règles. A l’heure où, la biodiversité s’effondre, la vie sauvage disparaît, le réchauffement climatique bouleverse les équilibres écologiques, il est incompréhensible et criminel de faire preuve de tant d’inconscience en autorisant dans des espaces fragiles et protégés des activités qui pourraient sans difficulté se réaliser ailleurs. Pourquoi pas demain un grand jeu télévisé sur les crêtes ou une compétition de ski nautique sur le lac vert ou du Forlet ? Ce serait tellement classe Coco !!! La montagne n’est pas un terrain de jeu artificiel. Si on veut que chacun la respecte, il faut éviter d’autoriser ce genre de dévoiement car, si à première vue ils n’ont qu’un faible impact sur l’environnement, ils agissent sur les esprits et laissent penser que tout est possible, ce qui ne manque pas de conforter les nostalgiques du bruit, de la vitesse et des incivilités, pour qui la montagne et la nature en général ne sont que les objets utilitaires de leur narcissisme.

Le 30 janvier 2021

SOS Massif des Vosges

 

Posted in Communiqué, Environnement, Hautes chaumes | Commentaires fermés sur Qui veut bétonner le Hohneck ?

A propos du loup, un livre qui informe et qui dérange !

Sur le retour du loup dans l’hexagone et singulièrement en Bretagne : un livre écrit par un des meilleurs spécialistes de la question.

S’il est des ouvrages qu’il est nécessaire d’écrire, assurément « Sur la piste du loup en Bretagne – avec l’Observatoire du loup » de Jean-Luc Valérie relève de cette catégorie. Pourquoi fallait-il témoigner du retour du loup sur nos territoires, c’est la réponse à laquelle s’attache l’auteur qui, depuis de nombreuses années, consacre une grande partie de son temps à décrire ce phénomène. A travers cet ouvrage de près de 300 pages, Jean-Luc Valérie retrace à partir de suivis de pistes, de recueils de données, de relevés et d’investigations poussées l’inexorable retour du loup, depuis que ce dernier a réinvesti les campagnes françaises. Dans une adresse habile aux lecteurs mais surtout à nous tous qui vivons sur ces terres hexagonales, d’ailleurs ou de Bretagne, l’auteur nous invite à découvrir et décrypter, par delà les désinformations, les outrances et les dénis, la vérité sur celui qu’il nomme Le Sauvage. L’ouvrage est découpé en 21 chants, hommage aux hurlements de l’espèce ou plus poétiquement en référence aux chants épiques des Grecs anciens… ? Car, il s ‘agit bien ici de relater les cheminements empruntés pour son retour, on parle bien de retour et non de réintroduction, par cet animal tant décrié et honni, si présent dans notre culture, notre littérature. L’animal n’est ici ni fantasmé, ni diabolisé, il est présenté pour ce qu’il est :

« Afin de comprendre le canidé prédateur naturel des herbivores, je vous invite à vous ouvrir aux grands espaces, sentir son trot qui n’a rien d’aléatoire, imaginer parfois son cheminement, envisager sa présence invisible, furtive et en même temps détectable . »

La lecture de « Sur la piste du loup en Bretagne », de par le sérieux des faits recensés, leur nombre, leur précision, montre que l’auteur n’a pas décidé sur un coup de tête de s’attaquer à la rédaction de ce livre. Dès 2011, Jean-Luc Valérie entreprenait des recherches fouillées afin de signaler preuves à l’appui, le retour du loup dans nos contrées. Bien avant de s’intéresser à la Bretagne, il a arpenté l’hexagone à la recherche de témoignages, de pistes, réussissant à cartographier les incroyables cheminements du canidé, croisant et recroisant les informations. L’auteur qui a démarré cette quête scientifique seul ou presque, choisit en 2013, pour d’évidentes raisons pratiques et une meilleure lisibilité de ses travaux de créer L’Observatoire du loup, qui regroupe des spécialistes tous bénévoles, dans différents domaines : pastoralisme, naturalisme, faune cynégétique, photographie, statistique, géographie, traces et empreintes de la faune sauvage, biologie du loup, éthologie des canidés.

Tout au long des chapitres ou chants, l’auteur va nous initier à l’aide de faits dûment vérifiés sur le terrain, recoupés, répertoriés, analysés finement, à la compréhension de ce que le retour du sauvage implique, pour nous êtres humains, pour la nature, la biodiversité :

« Le sauvage cohabite à sa manière, il semble même tenir compte de vos activités tout comme de votre présence et pour engager la cohabitation réfléchie indispensable, car elle doit être réfléchie bien sûr, tous les acteurs de terrain, de vos campagnes, seront indispensables à la collaboration nécessaire. »

Cohabitation : le mot tabou est lâché, c’est là où le bât blesse ! Si « Sur la piste du loup en Bretagne » se révèle un remarquable travail d’études de terrain, apportant aux lecteurs un foisonnement d’explications, il est à part égale un réquisitoire féroce contre l’inaction des pouvoirs publics au regard de la gestion du retour du loup dans notre pays. Une critique implacable et argumentée dénonçant l’incurie de ces mêmes autorités, alors que des spécialistes, dont l’auteur, alertaient dès 2011 sur le retour du canidé en France et sur les inévitables et graves conséquences que le phénomène engendrerait, notamment chez les éleveurs d’ovins et de bovins en termes de prédations. L’ouvrage rapporte ces nombreux faits de prédation sur la faune sauvage et domestique, dans les départements français et en particulier en Bretagne, décrivant le phénomène de dispersions ou procédures de déplacements et de contrôle de territoires chez les loups. Jean- Luc Valérie, au fil de ses investigations in situ, a pu déterminer avec certitude que le canidé sauvage, dans ses dispersions s’inscrit dans plusieurs phases ou étapes de découverte : « pré-installation, installation adaptative et installation reproduction ». Ces périodes peuvent se déployer sur plusieurs années et sont détectables selon l’auteur, à condition de vouloir s’en donner la peine. Or, l’auteur souligne en le regrettant que les phases de dispersions n’ont jamais été suivies dans les départements concernés, faute de moyens. :

« La gestion du phénomène naturel que représentent les dispersions du sauvage sur les territoires français relève de l’incurie des administrations concernées, c’est une évidence en 2020…Une incapacité notoire ayant pour conséquence une gestion de l’urgence, tout à fait contre-productive puisqu’il faut attendre que les phénomènes de déprédations arrivent pour comprendre enfin que le loup est présent ! »

Pour l’auteur l’incompétence de l’État est plus qu’édifiante. Dès le début, rien n’a été entrepris de façon sérieuse pour comprendre, expliquer, communiquer et accompagner le retour du loup, auprès des différents acteurs, éleveurs, chasseurs, habitants etc. dans le cadre d’une cohabitation intelligente et réfléchie. Être informé aurait permis et permettrait la prise de responsabilités de part et d’autre, informer impliquant aussi de former des acteurs de terrain à la biologie ou à l’écologie du sauvage, or aucun budget à ce jour ne prévoit ce type de formations.

Merci à Jean- Luc Valérie pour cet ouvrage si nécessaire et qu’il était urgent de proposer au grand public, en ce qu’il nous éclaire sur la complexité présentée par le retour du loup dans nos contrées. L’auteur a bien compris qu’il ne s’agit pas d’être « pro » ou « anti »loup mais que:

« de par ses engagements internationaux, la France se doit de préserver l ‘espèce et que les postures des « anti-loups » sont vaines : il ne disparaîtra pas et il n’y aura pas de zones blanches d’exclusion. A partir de là, il faut avancer et créer un modèle, de cohabitation réfléchie, viable pour lui comme pour vous. »

Annie Aucante
Membre de SOS Massif des Vosges

L’ouvrage est disponible sous forme numérique et papier
La version numérique a été développée pour être accessible à tous! Bonne lecture
Sur la piste du loup en Bretagne version complète auto-éditée
Sur la piste du loup en Bretagne version présentation 22-290

 

A propos de l’auteur : Photographe animalier, auteur de « L’eau de mes terres » (prix Erckman-Chatrian 2009) et de « Le retour du Loup en Lorraine ». Conférencier, blogueur, formateur, auteur occasionnel, il est l’initiateur de « l’Observatoire du loup » et coordinateur du regroupement de bénévoles et de spécialistes dans différents domaines liés à la géographie, le pastoralisme, les statistiques, le naturalisme, l’éthologie, le loup et la recherche d’informations.

Posted in Biodiversité, Environnement, Faune | Commentaires fermés sur A propos du loup, un livre qui informe et qui dérange !

Bruit et vitesse dans le massif : dimanche 30 août ne relâchons pas la pression !

Après le grand pique-nique de la Schlucht continuons à augmenter la pression sur les décideurs.

Dimanche 30 août, à partir de 11 heures, plusieurs rassemblements pique-nique seront organisés  dans des villages des vallées vosgiennes. à l’entrée ou à la sortie de ceux-ci au bord des routes transformées en circuit de vitesse. Tout en pique-niquant nous pourrons discuter ensemble des propositions et des mesures à prendre pour redonner au massif vosgien et à ses environs le calme et la quiétude qu’il n’aurait jamais dû perdre. Nous exprimerons avec des banderoles, des panneaux notre volonté de voir des mesures prises très rapidement et nous indiquerons aux véhicules bruyants par des panneaux adaptés qu’ils ne sont pas les bienvenus
Nous mesurerons également les niveaux sonores et nous pourrons filmer et enregistrer les véhicules bruyants et dangereux.

Sur la carte ci-dessous vous retrouverez les lieux ou vous pourrez rejoindre près de chez vous les rassemblements. prenez contact avec les coordonnateurs dont le mail ou le téléphone s’affiche en cliquant sur le nom du village.
Enfin vous pouvez aussi proposez de coordonner un rassemblement en nous contactant par mail ici

Voir en plein écran

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur Bruit et vitesse dans le massif : dimanche 30 août ne relâchons pas la pression !

Maintenant des actes !

Communiqué

Dimanche 19 juillet le pique-nique protestataire contre le bruit et l’insécurité routière a réuni plus de 400 personnes au col de La Schlucht. Cette mobilisation est un vrai succès et nous adressons un grand merci aux participants connus ou inconnus, maires, conseillers communautaires et municipaux qui ont fait le déplacement, certains à pied ou à vélo, d’autres à motos ou en voitures.

Cette mobilisation est une première dans le massif des Vosges et a permis à tous les habitants des cinq départements et aux usagers du massif de constater qu’ils étaient soumis aux mêmes nuisances du nord au sud, de l’est à l’ouest.

Le constat et les causes sont clairs et partagés par tous. On peut les résumer ainsi : les week-end de beau temps sont dans le massif des Vosges des périodes où il est désormais impossible de profiter de son jardin pour les riverains et de la nature pour tout le monde. Il est également très dangereux d‘emprunter les routes du massif pour tous les usagers respectueux, qu’ils le fassent à vélos, à motos ou en voitures. Les nuisances sonores produites par de nombreux motards sur des engins hors normes et les conduites périlleuses, dangereuses pour eux et les autres usagers de la route sont la cause principale du problème. Nous n’ignorons pas les voitures de sport et autres engins motorisés.

Ces nuisances sont en augmentation constante depuis plusieurs années et ont connu un paroxysme lors des week-end post confinement. L’exaspération est à son comble. Des associations, des particuliers alertent depuis plusieurs années les élus et les autorités et leur demandent de prendre des mesures. Courriers, pétitions rien n’y fait, on laisse courir. Cela n’est plus acceptable et avec une majorité de riverains et d’usagers nous ne l’acceptons plus.

Des solutions efficaces, faciles à mettre en œuvre sans attendre, existent, nous en avons proposé quelques unes.

  • La limitation de la vitesse à 40 Km/h (vitesse paysagère), sur la route des crêtes et les parties sommitales du massif, Champ du feu, massif du Donon, environs du Struthof …
  • La réduction à 60 Km/h sur l’ensemble des autres routes du massif.
  • La fermeture aux véhicules à moteur de tronçons significatifs de la route des Crêtes, entre le col de la Schlucht et le col du Calvaire par exemple, partie de la route qui traverse de part en part la réserve naturelle nationale du Gazon du Faing et qui affecte fortement ses objectifs de protection de la faune et de la flore.
  • La fermeture de la route d’accès au Hohneck qui transforme ce sommet emblématique des Vosges, en parking embouteillé et en zone massivement piétinée et ravinée, où plus aucune végétation ne peut prospérer.
  • La mise en place de contrôles sérieux et ciblés, tant de la vitesse que du bruit (il existe aujourd’hui des radars de bruit qui peuvent être déployés en points fixes ou mobiles).

Ces mesures se complètent entre elles et présentent l’avantage d’envoyer un message fort et clair à tous les usagers du massif : celui-ci est une zone naturelle où le calme et la quiétude sont la norme.

Les cinq départements du massif sont en capacité de se coordonner et de mettre en œuvre ces mesures. La proposition de table ronde avancée par le PNRBV n’est qu’une tentative de botter en touche et de noyer le poisson. Le PNRVB a malheureusement, depuis longtemps, perdu toute crédibilité en matière de protection de la nature et de l’environnement. Il annonce d’ailleurs lui-même : « qu’il n’a aucun pouvoir de décision ». Nous ne participerons pas à cette table ronde qui n’est qu’une machine à tourner en rond !!

Que les exécutifs des cinq départements s’emparent maintenant du problème pour y apporter des vraies solutions sans attendre, alors nous répondrons favorablement à toute invitation de leur part. Nous les sollicitons d’ores et déjà afin qu’ils nous reçoivent dans les délais les plus brefs.

Des contacts avec des associations et collectifs nationaux et européens, engagés sur les mêmes problématiques, sont pris afin de porter ensemble des propositions de modifications législatives et réglementaires pour le renforcement de la protection des massifs montagneux, des zones naturelles et de leurs habitants devant les différentes assemblées élues.

La pétition peut être signée en ligne sur ce lien : http://www.sos-massifdesvosges.fr/?p=1035

Mardi 20 juillet 2020

SOS Massif des Vosges et le Collectif contre le bruit et l’insécurité dans le massif vosgien

Contact : contact@sos-massifdesvosges.fr
Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Posted in Communiqué, Environnement | Commentaires fermés sur Maintenant des actes !

Pique-nique géant de protestation

Après avoir connu plusieurs week-end de vacarme et d’insécurité sur les routes des crêtes et des vallées du Massif vosgien, principalement provoqués par des motards en dehors de toutes règles, qu’elles soient du code de la route ou du savoir vivre, « SOS Massif des Vosges » et le « Collectif  pour la quiétude et la sécurité dans le Massif des Vosges » appellent à un :

Pique-nique géant de protestation

dimanche 19 juillet à midi au col de la Schlucht

Nous demandons qu’enfin des mesures structurelles efficaces et durables soient mises en place pour rendre au Massif des Vosges son caractère paisible et naturel.

Les Conseils Départementaux et les Préfets des cinq départements concernés, les élus des communes doivent chacun à leur niveau prendre les mesures nécessaires.

Il est plus que temps de comprendre que la transformation du Massif en circuit de vitesse et d’expérimentation pour les motos et les voitures de sport anciennes ou modernes, en plus des nuisances inacceptables qu’elle inflige aux riverains et aux usagers, décourage les potentiels visiteurs français ou étrangers, un comble pour un massif qui fait du tourisme familial un axe majeur de son développement !

Nos propositions sont présentées et détaillées dans un texte manifeste “Massif des Vosges : Bruits, nuisances, insécurité, la révolte gronde…” consultable à cette adresse

Une pétition a été mise en ligne elle peut être signée et/ou téléchargée à cette adresse

Nous appelons les riverains, les usagers du Massif, les élus locaux, les associations de protection de la nature, d’usagers (associations de marcheurs, cyclistes etc.) à rejoindre le collectif et à relayer cet appel.

Nous avons besoin de tout le monde. Dans chacune des vallées d’Alsace, des Vosges, de Haute Saône et du Territoire de Belfort, dans chaque village nous devons mobiliser pour faire de cette journée le début de la reconquête du calme et de la sérénité sur l’ensemble du Massif. Inscrivez vous sur le formulaire ci-dessous et participez activement à la mobilisation dans l’intérêt commun. De nombreux élus locaux, Maires et Conseillers municipaux sont déjà dans l’action, seuls ils ne pourront rien, c’est à tous les citoyens d’agir et de montrer leur détermination.

Une « boite à outils » de la mobilisation est d’ores et déjà à votre disposition sur ce lien. Vous y trouverez l’affiche et le flyer en téléchargement et les informations utiles pour participer activement à la mobilisation.

La campagne que nous lançons ne s’arrêtera pas après le Pique-nique et continuera sous d’autres formes. C’est pourquoi nous faisons appel à vos dons pour financer le matériel de communication. Vous pouvez soutenir financièrement la mobilisation sur ce lien

Inscription au collectif

Les champs marqués avec * sont obligatoires.

Je m'inscrit au collectif, et participerai selon mes disponibilités à la mobilisation.

Posted in Environnement, Tourisme, Vosges | Commentaires fermés sur Pique-nique géant de protestation

Massif des Vosges, crêtes et vallées : nuisances sonores sur nos routes : ÇA SUFFIT !


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/users6/s/sosmdv/www/wp-content/plugins/speakup-email-petitions/includes/class.petition.php on line 307

Pétition

Massif des Vosges, crêtes et vallées : nuisances sonores sur nos routes :

ÇA SUFFIT !

Notre cadre de vie attaqué!

Nous vivons dans le massif des Vosges depuis des années, pour certains depuis leur enfance, et nous avons pu apprécier le cadre de vie, proche de la nature et des bienfaits qu’il nous offrait

Durant ces 2 mois de confinement forcé, nous avons goûté plus que jamais le retour au silence, l’absence de pollution à tous les niveaux, sonore, visuel, atmosphérique, nous avons pu nous ressourcer dans cette nature bienveillante et bienfaisante.

Hélas, les premiers jours du retour à une vie pas encore totalement libérée, ont fait revenir une nuisance qui s’accroît d’année en année et contre laquelle si peu, voire rien, n’a été mis en place pour la limiter : la pollution sonore.

Des études récentes désignent précisément le bruit comme une des origines du stress chez les humains, les animaux ainsi que les végétaux.

Cette pollution insupportable est liée au non-respect des réglementations par les voitures et surtout par les motos, qui transforment nos routes en circuit de défoulement, alliant vitesse, hurlements de moteurs et pétarades des échappements libres. La charte du Parc Régional prévoit que l’État s’engage à faire respecter les limitations de vitesse et de bruits sur le territoire du parc !!!

A la nuisance sonore pour les riverains des routes empruntées par ces conducteurs,s’ajoutent l’insécurité due aux vitesses excessives et les risques d’accidents qui ne peuvent qu’en découler. Sans parler des conséquences sur la santé ainsi qu’il est précisé dans un rapport de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Qu’on nous respecte !

Nous ne dénions à quiconque le droit de circuler et de profiter des paysages et de la nature, mais que cela se pratique dans le respect des règles établies, routières ainsi que celles relatives aux bruits automobiles et dans le respect des populations riveraines des routes empruntées.

Si nous avons fait le choix volontaire, pour nous et nos enfants, d’une vie paisible dans un cadre agréable proche de la nature, ce n’est certainement pas pour y subir les pollutions des villes et voir notre environnement se dégrader inexorablement. A la pollution sonore et à l’insécurité lié à la vitesse s’ajoute ne l’oublions pas, une pollution atmosphérique qui stagne dans les vallées.

C’est pourquoi, plusieurs associations et de très nombreux habitants, riverains, usagers de la nature, citoyens des cinq départements du massif se sont regroupés avec SOS Massif des Vosges au sein d’un collectif et ont décidé d’interpeller les autorités, et d’agir.

Un texte manifeste publié ici expose plus en détails la problématique et quelques unes des solutions qui pourraient contribuer à régler ce problème, notamment le classement symbolique de la route des crêtes en « route touristique » et la limitation de la vitesse à 40 Km/h (vitesse paysagère), sur la totalité de son parcours et des tronçons adjacents ainsi que la réduction à 60 Km/h sur l’ensemble des routes du Massif.

Vous pouvez en signant cette pétition manifester votre désir de faire partie du collectif Il suffit de cocher la case ci dessous.

Merci de faire circuler cette pétition autour de vous.

SOS Massif des Vosges Collectif  pour la quiétude et la sécurité dans le massif des Vosges

Massif des Vosges, crêtes et vallées : nuisances sonores sur nos routes : ÇA SUFFIT !

texte pétition ci dessus

[signature]

Signer
2,494 signatures

Partager avec vos amis:

   

  

Et n’oubliez pas, nous vous attendons dimanche 19 juillet à midi au col de la Schlucht pour le pique-nique protestataire

 

Faites signer autour de vous, La pétition papier est téléchargeable ici

Dernières Signatures
2,494Christian SchneiderBoersch67530Respectons la tranquillité d'autrui et son droit profiter en toute sécurité du domaine des Vosges.
2,493Céline HARTERRHINAU67860
2,492Catherine WuhrlinRuelisheim68270Trop de circulation dans le village et dans la montagne.
2,491Nicolas KlingRuelisheim68270Trop de bruit dans mon village et fdans le massiff vosgien, ca suffit. Et je suis moi-même motard.
2,490Michel SchuhScherwiller67750
2,489Danielle MALASBan sur Meurthe88230
2,488Marie TELESWettolsheim 68920La nuisance du bruit sans compter la pollution !
2,487Pierre BeaumontRouffach68250 Bruit infernal de plus en plus présent partout et de plus en plus fort. Cela pourrit la vie de nombreuses personnes bien plus nombreuses que les motards eux mêmes. les causes: priorité de individu face à la collectivité car minorité captable aux élections nationales et organisés sur le plan national. Solutions: normes européennes sur un niveau de bruit admissible et amendes aux contrevenants.
2,486Sylvain DENYSLe Tholy88530Habitant Le Tholy, je suis content qu'une association existe pour sauver les Vosges : bruit inacceptable, vitesse non respectée, danger pour les marcheurs, incivilité des motards ! Merci
2,485Delphine BonnotParmilieu38390
Posted in Environnement, Hautes chaumes, Pétitions | Commentaires fermés sur Massif des Vosges, crêtes et vallées : nuisances sonores sur nos routes : ÇA SUFFIT !

Massif des Vosges : Bruits, nuisances, insécurité, la révolte gronde…

L’actualité récente a remis en lumière un problème déjà ancien, mais dont les manifestations se sont trouvées décuplées à la faveur du dé-confinement : le bruit et l’insécurité générés par un nombre élevé de motos sur les routes des vallées et des crêtes du Massif Vosgien.

Les week-end qui ont suivi le déconfinement, ont connu ce que beaucoup de personnes ont perçu comme un déchaînement de vacarme et de bruit constituant une atteinte insupportable à la qualité de vie que l’on est en droit d’espérer dans un espace naturel. Les témoignages venant de toutes les parties du massif, crêtes et vallées, du nord au sud sont nombreux et unanimes, ils peuvent se résumer en quelques mots : cela ne peut plus durer !

Le moment est donc venu de réagir et d’agir contre le bruit et la vitesse dans le massif. Soyons clairs, nous n’engageons pas une guerre contre les motards, qui ont comme n’importe quels autres usagers de la route, le droit d’y circuler.  Mais à ce droit sont associés des devoirs. Le premier d’entre eux est, pour les motards comme pour les autres usagers, de respecter le code de la route et notamment de rester maître à tout moment de leur véhicule en adaptant leur comportement au contexte et aux circonstances.

De plus, au delà des lois et règlements, il est une règle essentielle qui conditionne la vie en commun dans toute civilisation : le respect de son prochain.

Il est par conséquent parfaitement inacceptable, qu’au nom d’un petit plaisir égoïste, quelques individus colonisent, par le bruit et l’insécurité, des espaces naturels, lieux de calme et de sérénité, en excluant de fait tous les autres.

En ce qui concerne les motos, il est de notoriété publique que la vitesse et les émissions sonores constituent les deux principales sources de nuisances qu’il est urgent de supprimer.

Des études récentes désignent précisément le bruit comme une des origines du stress chez les humains, les animaux ainsi que les végétaux.

Personne ne conteste que la fréquentation du Massif des Vosges par les motos connaît une progression ininterrompue depuis de nombreuses années, jusqu’à devenir aujourd’hui une nuisance génératrice de mal-être et d’insécurité pour les riverains, les usagers de la nature et les autres utilisateurs de la route, automobilistes et cyclistes.

Plusieurs raisons concourent à cette explosion de la fréquentation, dont principalement la géographie des lieux, la situation en Allemagne et l’organisation de manifestations motocyclistes:

– La géographie et le relief des Vosges avec ses routes de montagne sinueuses et ses paysages remarquables , la proximité de grandes agglomérations, font du massif un espace accessible privilégié pour la moto.

– La mise en place de mesures contraignantes pour les motos en Forêt Noire, chez nos voisins allemands, qui crée un afflux supplémentaire de motos. Il est toutefois intéressant de noter que les week-end post confinement dont il est ici question, furent en raison du maintien de la fermeture des frontières, entièrement franco-français.

– Enfin, depuis quelques années, la multiplication des manifestations autour de la moto et des loisirs motorisés se déploient sur le massif, favorisées et suscitées par certains élus aux visions à court terme qui pensent ainsi développer le tourisme et le commerce local !

Toutes ces causes sont confortées par une absence inexplicable de contrôles, qu’il s’agisse de la vitesse ou du bruit, et cela malgré les multiples interpellations des associations et des riverains. Les autorités ne peuvent pourtant ignorer le haut niveau de nuisance de ces engins, le plus souvent équipés d’échappements hors normes. Elles ne peuvent pas plus ignorer les sites et les périodes où se déroulent ces exploits qui transforment les routes en circuit de vitesse, souvent dans la journée pendant les week-end et quelquefois la nuit.

Des particuliers ont saisi à plusieurs reprises la justice et le Procureur de la République sur la base de dossiers solides et argumentés : aucune suite n’a jamais été donnée !

Les associations de protection de la nature ainsi que de randonneurs soulèvent périodiquement ce scandale, en interpellant élus, autorités et institutions. Tous reconnaissent, de plus ou moins bonne foi, la réalité du problème, quelques-uns avançant une ou deux mesurettes au sujet desquelles ils s’empressent de communiquer outrageusement, puis on passe rapidement à autre chose et le problème s’amplifie.

La conséquence, nous la subissons aujourd’hui plus que jamais. Les Vosges sont perçues comme le paradis des motards, un des derniers terrains de jeux où tout est fait pour les attirer, et où ils savent qu’ils peuvent impunément enfreindre les règles les plus élémentaires du code de la route et de la vie en commun.

L’accidentologie des motos suit mécaniquement la courbe de la fréquentation. Elle est ainsi en augmentation régulière. Le retour des beaux jours s’accompagne de la longue litanie des accidents et des morts dans la presse locale et régionale. Contrairement au affirmations infondées des associations de motards qui à chaque accident impliquant une moto, s’emprssent de désigner la voiture comme responsable de celui-ci, les dernières statistiques officielles du mois de mai dans le département des Vosges indiquent que sur 9 accidents impliquant un deux roues motorisé, dans 7 d’entre eux le motard était seul en cause, ce qui pour autant ne dit rien de la responsabilité des protagonistes dans la survenue des deux autres !

Nous notons avec perplexité l’argumentaire tendancieux de certaines associations de motards qui, il n’est pas inutile de le rappeler, ont principalement pour objet la défense d’un loisir et veulent en ignorer les conséquences sur l’environnement humain, social et naturel. Les ” incivilités ” seraient selon elles “le fait d’une petite minorité”. Ces mêmes associations seraient “conscientes des problèmes et feraient campagne pour informer et sensibiliser leurs adhérents au respect des lois et règlements, tout en invitant à la prise de mesures adéquates pour réduire les nuisances”.

Tout ceci n’est que faux semblant, l’observation de la route des crêtes un week-end de printemps confirme que la petite minorité aux pratiques dangereuses et bruyantes a largement dépassé la majorité. Ces associations se sont par ailleurs élevées avec véhémence contre la limitation de vitesse à 70 km/h sur la route des Crêtes proposée puis mise en place par le département du Haut-Rhin, avant que celui des Vosges, toujours prompt à la détente, ne lui emboîte le pas, trois années plus tard !. Les représentations alsaciennes et vosgiennes des motards ont mobilisé tous leurs relais pour faire pression sur les élus départementaux et les dissuader de prendre cette décision.

Les récentes déclarations plutôt encourageantes de la FFMC, et particulièrement un article du 10 juin publié sur leur site internet intitulé « le bruit, ennemi de l’intérieur ? », développant des analyses et faits identiques à ceux que nous présentons , nous laissent cependant perplexes au regard de la différence entre les déclarations et les comportements des représentants locaux et de nombreux pratiquants membres ou non de cette association. Les commentaires injurieux, insultant et quelquefois menaçant de motards suite à la publication sur Internet de la vidéo intitulée « il y a un problème au Ballon d’Alsace » suffisent à justifier cette méfiance. Cette vidéo visionnée des dizaines de milliers de fois a rencontré une large approbation des internautes qui y retrouvent leur triste expérience dans le Massif : là encore, les commentaires sont édifiants.

Sait-on qu’une seule moto peut, dans une vallée de montagne, déranger gravement la quiétude et le repos de milliers de personnes pendant plusieurs minutes, notamment si elle gravit un col ou une montée ?

Décélérations et accélérations incessantes de plusieurs centaines d’engins aux pots d’échappement bruyants souvent modifiés traversant les villages, gravissant les cols tout au long des week-end constituent des nuisances plus qu’insupportables!

Des milliers d’engins qui se retrouvent régulièrement lors de rassemblements ou manifestations sportives et commerciales organisées tous les week-end de mai à septembre dans les Vosges!

Dans nombre de village alsaciens et vosgiens les week-end ensoleillés du printemps et de l’été sont attendus avec appréhension : profiter de son jardin, de sa terrasse pour déjeuner en famille fait aujourd’hui partie des souvenirs. Des propriétaires vendent ou envisagent de vendre pour échapper à ce vacarme, les prix de l’immobilier sont impactés à la baisse.

Dans l’esprit d’un nombre croissant de potentiels visiteurs, français ou étrangers, le massif des Vosges est en train de devenir une sorte de Far-West livré aux motards, qu’il faut donc absolument éviter les jours de beau temps (notamment les week-ends) : un comble pour un massif qui fait du tourisme familial un axe majeur de son développement !

Laissera-t-on encore cette situation perdurer et se développer ?

De nombreuses institutions dont le Parc Régional des Ballons des Vosges – qui a lancé à grands frais son opération “quiétude attitude” oubliant volontairement d’inclure la problématique des motos – ont prouvé à maintes reprises qu’elles étaient incapables de régler ce problème préférant le minimiser, voire le nier! Reconnaissons toutefois au Parc d’avoir avancé avec précaution que « la route des Crêtes faisait désordre »

« Un problème sans solution est un problème mal posé » disait Albert Einstein!

Cette fois nous ne pouvons plus nous contenter de faux semblants et de mesures d’affichage. Seuls des signes et des actes forts pourront enrayer et réduire durablement les nuisances engendrées.

L’organisation d’une manifestation commerciale supplémentaire comme un slow-up sur la route des crêtes (déjà évoqué et sans doute mis en projet par le département du Haut-Rhin) n’apportera pas même le début d’une réponse et ne fera, bien au contraire, qu’aggraver encore l’artificialisation du Massif et sa transformation progressive en parc d’attractions artificielles.

De véritables mesure structurelles et de fond doivent être prises comme :

La limitation de la vitesse à 40 Km/h (vitesse paysagère), sur la route des crêtes et les parties sommitales du Massif

– La réduction à 60 Km/h sur l’ensemble des autres routes du Massif.

– La fermeture aux véhicules à moteur de tronçons significatifs de la route des crêtes, entre le col de la Schlucht et le col du Calvaire par exemple, partie de la route qui traverse de part en part la réserve nationale du Gazon du Faing et qui affecte fortement ses objectifs de protection de la faune et de la flore.

– La fermeture de la route d’accès au Hohneck qui transforme ce sommet emblématique des Vosges en parking embouteillé et inutile.

– La mise en place de contrôles sérieux et ciblés, tant de la vitesse que du bruit (il existe aujourd’hui des radars de bruit qui peuvent être déployés en points fixes ou mobiles). Chacun a pu constater pendant le confinement la présence nombreuse et très inhabituelle de forces de gendarmerie chargées du contrôle d’éventuels randonneurs sur l’ensemble du Massif, il serait difficilement compréhensible que l’on nous oppose aujourd’hui le manque d’effectifs ou toutes autres raisons pour justifier le laisser aller et se satisfaire de quelques opérations « coups de poing » sans lendemains.

Les Vosges ont un besoin urgent de retrouver la quiétude. Il est aujourd’hui irresponsable de continuer dans la même voie, alors que tous les voyants environnementaux sont au rouge, que l’exaspération de nombreux habitants s’amplifie en même temps que les nuisances.

Nous appelons tout les usagers respectueux de la nature, des sites et de leurs concitoyens à se mobiliser avec nous pour imposer qu’enfin des solutions durables soient apportées à ce fléau.
Vous souhaitez agir pour qu’enfin le massif des Vosges retrouve son calme même les week-end, rejoignez nous, rejoignez le collectif en création, ensemble nous serons plus fort.

Inscrivez vous en laissant vos coordonnées sur le formulaire ci dessous

Les champs marqués avec * sont obligatoires.

Vous pouvez également signer la pétition ici

Posted in Environnement, Hautes chaumes, Tourisme | Commentaires fermés sur Massif des Vosges : Bruits, nuisances, insécurité, la révolte gronde…

Il y a un problème au Ballon d’Alsace

Le moment est venu de réagir et d’agir contre le bruit et la vitesse. Soyons clair, nous n’engageons pas une guerre contre les motards, qui ont comme n’importe quels autres usagers de la route le droit d’y circuler.  Mais à tous droits sont associés des devoirs. Le premier d’entre eux est, pour les motards au même titre que pour les autres usagers, de respecter le code de la route et notamment de rester maître à tous moments de son véhicule en adaptant son comportement au contexte et aux circonstances.

De plus, au delà des lois et réglements il est une règle essentielle qui conditionne la vie en commun et à laquelle tout habitant de cette planète devrait se conformer, le respect de son prochain. Cette empathie est la condition de toute civilisation et il est parfaitement inacceptable qu’au nom d’un petit plaisir égoïste quelques individus colonisent par le bruit et l’insécurité des espaces naturels, lieux de calme et de sérénité.

La vidéo ci-dessous est une triste illustration de ce que vont devenir nos montagnes et nos vallées si on laisse faire. Des initiatives sont en préparation.

Posted in Documents, Environnement, Hautes chaumes | Commentaires fermés sur Il y a un problème au Ballon d’Alsace