Il est plus que temps de réagir !

Pourquoi nous demandons la dissolution du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges, quelques éléments de réponse dans l’article de l’Alsace ci-dessous.
Cliquez sur l’image pour agrandir

L’Alsace du 20 octobre 2019

Un dossier complet est en cours de réalisation et sera publié prochainement sur ce site

Posted in Non classé | Commentaires fermés sur Il est plus que temps de réagir !

TETRA, Troubles à l’Environnement, Transmettez au Réseau d’Alerte

Vous avez été témoin d’un événement qui porte atteinte à l’environnement, témoignez, soyez lanceur d’alerte et aidez nous à mieux protéger le massif des Vosges.

    Votre nom (obligatoire)

    Votre adresse de messagerie (obligatoire)

    Votre nom et vos coordonnées ne seront pas publiés

    Date de l'événement :

    Décrivez l'événement

    Envoyez nous vos films et photos



    Si vos fichiers sont trop lourds, vous pouvez les télécharger sur un site de transfert de gros fichiers et nous laisser le lien dans la plage de texte ci-dessus. Il existe de nombreux sites de transfert gratuit comme https://framadrop.org/, https://www.grosfichiers.com/, https://wetransfer.com/ etc...

    Posted in Non classé | Commentaires fermés sur

    Breitenbach, une municipalité “écologiste” transforme la nature en terrain de jeu artificiel.


    Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/users6/s/sosmdv/www/wp-content/plugins/speakup-email-petitions/includes/class.petition.php on line 307

    UNE MUNICALITE ECOLOGISTE TRANSFORME LA NATURE EN TERRAIN DE JEU ARTIFICIEL

    [signature]

    Signer
    178 signatures

    Partager avec vos amis:

       

    Téléchargez la pétition

    Dernières Signatures
    178Renée Neumann67220 BreitenbachLE PARC ALSACE AVENTURE ne se contente plus de son site actuel sachant l’impact déjà négatif sur la faune sauvage, voilà que le parc veut s’étendre dans un endroit hyper préservé ! Il n'y a pas de limites au buseness, il faut savoir s'arrêter
    177natascha ajlanistrasbourg67100
    176Elisabeth RechenmannBarr67140
    175Christine LAIGUESSETriembach au Val67220
    174Fabrice BoehmannMollkirch67117
    173Jean-Jacques RENAUXSTRASBOURG67000Tout est dit dans la pétition
    172ROLAND HENRYBelmont6713067130
    171Claire LauffenburgerBelmont67130
    170Roland STORCKBARR67140
    169marion LColmar

    Posted in Bas-Rhin, Environnement, Pétitions | Commentaires fermés sur Breitenbach, une municipalité “écologiste” transforme la nature en terrain de jeu artificiel.

    Tags sur la route des crêtes

    La route des Crêtes taguée ! Sur la route des Crêtes sont apparus des tags tracés à la peinture blanche sur le macadam. Cette route des crêtes est depuis longtemps le théâtre d’incivilités multiples, tant du point de vue de la vitesse excessive et jamais contrôlée des véhicules, particulièrement des motos, que du point de vue de la pollution sonore et des conséquences désastreuses sur les milieux naturels, sans que les institutions et les autorités ne s’en émeuvent outre mesure ! Aujourd’hui des usagers citoyens, sans doute lassés de cette inaction ont réagi. Nous saluons cette initiative!

    SOS Massif des Vosges

    Posted in Environnement, Hautes chaumes | Commentaires fermés sur Tags sur la route des crêtes

    Hautes chaumes, pénurie d’arnica : réchauffement climatique ou action humaine ?

    La presse régionale s’est faite l’écho de la raréfaction brutale de l’Arnica cette année au Markstein ! Le Parc naturel régional des ballons des Vosges chargé entre autre de la gestion de la cueillette de cette plante remarquable du massif met en cause le réchauffement climatique, le manque de neige et la sécheresse. Ces deux dernières raisons étant logiquement la conséquence de la première, mais c’est mieux d’en aligner trois cela permet de mieux masquer les véritables causes.

    Quelles sont-elles et pourquoi le Parc fait-il tout pour les cacher ?

    Elles se résument à la modification des pratiques agricoles. Sur ces terrains, et sur de nombreux autres répartis sur la totalité du massif un petit nombre d’agriculteurs a entrepris d’intensifier la production des herbages. Fertilisation massive, retournement du sol et semis de mélanges résistant aux conditions climatiques se sont multipliés. En conséquence, la flore originelle, tapis de plantes rares aux couleurs éclatantes, est remplacée en de nombreux endroits par une association de graminées sélectionnées, ternes et pauvres en espèces mais à plus forte productivité. Cette pratique est un véritable crime environnemental. Elle a fait disparaître d’un seul coup et pour des dizaines, voire des centaines d’années, la flore, la faune et a dégradé le paysage. Ceci, au nom de rendements somme toute médiocres et d’intérêts privés limités à quelques personnes.
    Il semblerait que les pratiques visant à modifier les sols aient encore évoluées. Elles ne font plus appel comme par le passé, au retournement des prairies, actions trop visibles et qui ne manqueraient pas d’alerter les protecteurs de la nature. Les sols sont aujourd’hui amendés de différentes manières afin d’en modifier le PH (unité de mesure de l’acidité).

    1/ Floraison-dArnica-talus-Grand-Ballon-Juillet-2019.

    La preuve la plus éclatante est sur la photo jointe prise début juillet sur la route des Crêtes (Photo N°1, cliquez pour agrandir). Il est incontestable que ces talus de route ont eux aussi connu le réchauffement climatique, le manque de neige et la sécheresse…, et pourtant ils sont couvert d’Arnica !!
    Une fois de plus le Parc faillit à sa mission et plus grave, tente de cacher les responsabilités dont la sienne en protégeant les quelques agriculteurs destructeurs de la nature et de la biodiversité.

    Au lieu de protéger la nature qui est sa raison d’être, le Parc couvre ceux qui la détruise.

    2/ Floraison d’Anémone Pulsatile blanche, Hohneck

    On observe un phénomène identique avec l’Anémone pulsatile blanche qui couvrait au printemps les chaumes du massif du Hohneck et a aujourd’hui pratiquement disparu de celles-ci. En revanche on la retrouve en abondance sur les talus bordant la route des crêtes (photo N° 2). Ces bas côtés ne sont plus fauchés précocement comme c’était le cas, il y a quelques années, et ils ne sont pas bien sür amendés ou retournés à des fins de productions intensives.

    3/ Floraison d’Orchidées sp crêtes juillet 2019

    D’autres fleurs en bénéficient (photo N° 3)

    Il est urgent de mettre un terme définitif à ces pratiques, si l’on refuse de voir les Hautes Chaumes ressembler à terme à un terrain de golf.

    Qu’attendent les « autorités » pour réagir à ces dérives. De multiples dispositifs réglementaires s’appliquent aux Hautes Vosges. Nous demandons que des analyses de sols soient réalisées par des scientifiques indépendants afin d’évaluer le niveau d’artificialisation des sols.

    Le 07 juillet 2019

    Posted in Biodiversité, Communiqué | Commentaires fermés sur Hautes chaumes, pénurie d’arnica : réchauffement climatique ou action humaine ?

    La Municipalité de La Bresse saisit le Procureur de la République

    Communiqué

    La Municipalité de La Bresse saisit le Procureur de la République

    La Municipalité de La Bresse saisit le Procureur de la République des faits délictueux constatés et filmés sur la partie sommitale du GR5 parcourue par deux motards. (Vidéo sur ce lien : https://www.sos-massifdesvosges.fr/?p=784)

    Suite aux courriers que nous avons envoyés au Président du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges et au Maire de La Bresse, (voir extraits ci-dessous) sur le territoire de laquelle les faits ont été constatés, nous avons reçu une réponse du Maire de La Bresse qui nous informe avoir écrit au Procureur de La République pour le saisir des constats effectués.

    Nous saluons cette initiative du Maire de La Bresse, nous sommes en revanche surpris de n'avoir reçu aucun retour de la part du Président du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges, dont la mission nous le rappelons consiste entre autre, mais principalement, à la protection des sites naturels des Ballons des Vosges. Le Parc serait-il en train de se transformer comme nous le suggérions dans notre communiqué précédent (https://www.sos-massifdesvosges.fr/?p=770) en Office de Tourisme Régional uniquement animé par le souci d'une fréquentation maximum du Massif au profit des « marchands de soupe » quelles qu'en soient les conséquences pour la nature et les usagers respectueux de celle-ci.

    En tout état de cause et quelle que soit la décision du procureur, les auteurs de tels faits sauront que leur responsabilité peut être engagée devant un tribunal avec des conséquences pour eux qui sont loin d'être négligeables.

    Si cela peut permettre la diminution voire la disparition de ces infractions nous aurons atteint l'objectif visé.

    Nous publions ci-dessous des extraits des courriers envoyés au Maire de La Bresse et au Président du Parc.

    Le 17 mai 2019

    Pour SOS Massif des Vosges
    Dominique Humbert
    Président

    Extrait des courriers envoyés au Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges et à la Mairie de La Bresse

     

    Nous portons à votre connaissance les faits suivants : Vendredi 26 avril à 20h50 deux individus à moto ont été filmés sur le sentier de grande randonnée GR5 qui parcourt la crête du massif des Vosges. L'enregistrement vidéo auquel vous pouvez accéder sur ce lien, https://www.sos-massifdesvosges.fr/?p=784 les montre descendant les pentes du Rainkopf en direction du Hohneck, sur le territoire de la commune de La Bresse.

    Manifestement, ces deux individus venant du sud du Massif avaient déjà parcouru plusieurs kilomètres sur ce sentier piétonnier et ont continué en direction du nord.

    Comme vous ne pouvez l'ignorer la quasi-totalité de la crête et la totalité de la partie située sur le territoire de La Bresse est un site inscrit et de nombreuses parties de celles-ci sont de surcroît classées en zone naturelles protégées ou Natura 2000.

    La circulation terrestre à moteur dans les espaces naturels est, sauf exception, interdite par la loi.

    L’article L. 362-1 du Code de l’Environnement précise que « la circulation des véhicules terrestres à moteur est interdite en dehors des voies dans le domaine public routier de l’État, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur ».
    Outre certaines infractions spécifiques aux espaces protégés, les infractions à la circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels sont toutes passibles de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe (soit 1 500 € maximum) (Art. R. 362-1 C. Env.). Il en est de même pour tout conducteur qui contreviendrait aux mesures édictées par le maire ou le préfet en matière de circulation dans ces espaces (Art. R. 362-2 C. Env.). L’amende peut être assortie d’une peine complémentaire : l’immobilisation de six mois maximum du véhicule, prononcée par le juge (art. L.362-8 C. Env.). Le juge peut, en substitution de la peine d’amende, prononcer notamment l’une des peines complémentaires énumérées ci-dessous :

    - la suspension, pour une durée d’un an au plus, du permis de conduire ;

    - le retrait du permis de chasser, avec interdiction de solliciter la délivrance d’un nouveau permis pendant un an au plus ;

    - la confiscation du véhicule à moteur saisi par les agents en charge du contrôle.

    L'arsenal judiciaire réprimant ces infractions est donc loin d'être inexistant. Encore faut-il solliciter les instances judiciaires afin qu'elles puissent enquêter et traduire le cas échéant les contrevenants devant les tribunaux.

    Cela fait partie de vos responsabilités de Maire (de président du Parc) et vous êtes tenu à tout le moins à une obligation morale si ce n'est à une obligation légale, de dénonciation au Procureur de la République, des faits délictueux portés à votre connaissance.

    L'absence de réaction vigoureuse de votre part serait considérée comme un blanc-seing par ceux-là mêmes, qui regroupés dans des associations de loisirs motorisés, considèrent le massif comme leur terrain de jeu et estiment que toute limitation à leur activité est une atteinte intolérable à leur « liberté ».

    Ces faits sont malheureusement récurrents sur le massif et de nombreux témoignages viennent chaque saison confirmer la présence d'engins à moteur sur les crêtes, sur les sentiers et chemins ou directement sur les chaumes. Motos neige en hiver et Quads, motos, 4X4 et maintenant gyropodes le reste du temps.

    Il est patent que les auteurs de ces infractions ne se sentent nullement inquiétés et savent qu'ils ne risquent aucune sanction. Certains d'ailleurs se félicitent de la passivité des institutions et des collectivités et vont jusqu'à proposer à leurs clients ou connaissances des « virées motorisées » sur la crête.

    Pour toutes ces raisons, nous vous demandons d'engager toutes les actions utiles auprès des autorités judiciaires.

    Posted in Communiqué, Environnement, Hautes chaumes, Parc Régional, Vosges | Commentaires fermés sur La Municipalité de La Bresse saisit le Procureur de la République

    Motos sur le sentier de Crête

    Ces jeunes motards pétaradant dans un milieu naturel interdit à leurs engins, sont de surcroît agressifs avec les randonneurs. S’ils peuvent impunément s’exhiber ainsi sur les sentiers de la crête, c’est évidemment parce que les institutions chargées normalement de protéger la nature et l’environnement pratiquent en réalité une politique coupable, de développement des activités et du tourisme sur le massif des Vosges. Ces institutions, et la première d’entre elles, le parc régional naturel des ballons de Vosges, ne voit aucun inconvénient à la pratique des loisirs motorisés qu’elle considère comme devant avoir leur place au milieu d’autres pratiques tout aussi polluantes et destructrices pour l’environnement. Voir notre communiqué.

    L’exemple venant d’en haut il n’y a aucune raison pour que ces individus ne se sentent pas encouragés et confortés dans leur détestable pratique.

    Notre association ne peut continuer à laisser se développer de telles atteintes à la réglementation et aux respect de la nature. C’est pourquoi nous allons demander aux institutions chargés de la protection de l’environnement de prendre leurs responsabilités et de saisir le procureur de la république sur ces infractions. Elles ont de plus la possibilités de se porter partie civile afin d’obliger la justice à diligenter une enquête et éviter un classement de l’affaire par le Procureur.

    Pour ce qui nous concerne, nous prendrons toutes les mesures utiles afin de faire condamner ces personnes et faire cesser ces pratiques.

    Posted in Environnement, Hautes chaumes, Vosges | Commentaires fermés sur Motos sur le sentier de Crête

    Le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges crée des réserves pour écologistes.

    Communiqué

    Comme le gouvernement colonial états-unien a créé des réserves d’Indiens après avoir détruit consciencieusement leur environnement, massacré les troupeaux de bisons et les Indiens eux-mêmes, voilà le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges qui s’inspirant de ce glorieux passé tente, à son petit niveau certes, et avec des moyens sans commune mesure, de créer des réserves pour écologistes pacifiés, dans le double but de leur offrir un hochet à agiter et de masquer derrière une prétendue sollicitude pour la préservation de la nature, ses véritables objectifs dont l’origine commune est le développement touristique à outrance.

    Le Parc a donc, dans un grand déploiement de moyens, organisé le 29 novembre une « journée d’études » pompeusement intitulée « Quiétude attitude ». Les objectifs affichés au nombre de trois sont :

    Communiquer sur l’existence de zones de quiétude à l’échelle du territoire du Parc.

    – Présenter les bons réflexes à adopter pour préserver la tranquillité de la faune sauvage.

    – Mobiliser les professionnels du tourisme et des loisirs pour assurer un relais vers le grand public.

    On l’aura compris, rien d’autre que de la communication et de l’emballage marketing pour justifier toutes sortes d’activités qu’on souhaite développer, et faire prospérer dans des zones naturelles fragiles.

    Y étaient invités toutes sortes de représentants aux responsabilités écrasantes issus des mouvements sportifs et de loisirs ainsi que, pour faire bonne mesure, des écologistes défenseurs de la nature. Ces derniers, sans doute échaudés par les pratiques désormais habituelles de la direction du parc, n’avaient semble-t-il, pas daigné faire le voyage en nombre jusqu’à La Bresse, lieu d’élection de cette journée qui, si l’on s’en tient au programme sur papier glacé abondamment distribué, devait constituer un moment fort d’échanges et de concertations.

    Cette journée donc, après avoir été introduite comme il se doit par les discours successifs, mais néanmoins parsemés des navrantes et habituelles banalités, du Maire de la commune, du Président du Parc et de quelques-unes des importantes sommités invitées, se poursuivit par la présentation du morceau de choix, le plat de résistance, la présentation du programme « Quiétude attitude » résultat de l’étude commandée par le Parc et réalisée par un cabinet spécialisé dans la production de présentations « power point » au graphisme accrocheur et de slogans non moins agressifs, produits de la réflexion de chargés d’études, diplômés d’écoles de commerce et de marketing.

    C’est ainsi qu’au titre du programme à l’originalité décoiffante « Quietude attitude » fut associée une devise en guise de sous-titre, au nom au moins aussi époustouflant : « Sauvagement responsable ».

    Tout commentaire serait à ce point, superflu, et nous n’en ajouterons donc aucun !

    De la même manière il est inutile d’évoquer le contenu de cette étude, car c’est simple il n’y en a pas. Sinon une compilation d’éléments connus et reconnus, recopiés et alignés sans vergogne, agrémentés de recommandations aussi élémentaires que : « Attention ! Les pratiques du camping et du bivouac sont réglementées dans certains espaces protégés ».

    Nous n’évoquerons pas non plus ici le coût, inversement proportionnel au contenu, de cette si considérable étude !

    La matinée se conclut par l’inauguration du site internet, moment paroxystique soutenu par l’enthousiasme collectif.

    Bien entendu les ateliers qui ont suivi et conclu la journée n’étaient là que pour donner l’impression d’une large concertation des acteurs, comme aime à le clamer la direction du Parc. En réalité le « programme d’action » est depuis longtemps établi et arrêté. Il se résume en quelques mots, comment donner bonne conscience et un vernis de protecteur de la nature aux associations sportives et de loisirs qui veulent développer leur présence et leurs activités sur le massif, considérant ce dernier comme un espace de jeux artificiels où tout ou presque doit être permis. Les activités en question allant de la randonnée aux manifestations motorisées sans autres précisions !

    La consultation studieuse du site internet nous apprend que les « recommandations » du programme relatives à l’organisation de manifestations, n’apportent aucune contrainte supplémentaire que celles prévues et décrites dans les textes réglementaires habituels régissant ces activités, et leur sont en tous points identiques.

    Les professions de foi des « ambassadeurs », quant à elles, sont en phase avec le programme, creuses, et profondément navrantes.

    Au moment où les conséquences toujours plus préoccupantes du réchauffement climatique nous imposent de revisiter radicalement notre relation à la nature, le Parc s’engouffre dans une campagne déguisée de promotion des activités de masse dans les zones naturelles.

    Cette opération de communication de la direction du Parc révèle, s’il en était encore besoin, l’état de profonde déliquescence des principes qui présidaient à l’origine de la création des parcs naturels. A ces principes se substituèrent à petites touches, jusqu’à les remplacer totalement, la soumission aux lobbys, à l’air du temps et l’adoption des valeurs de la consommation et du tourisme de masse.

    La question vaut donc aujourd’hui d’être posée, le Parc a-t-il encore une parcelle de légitimité à exister en tant que tel ?

    Ne serait-il pas plus rationnel afin qu’il assume sa véritable vocation, qu’il fusionne avec les offices de tourisme départementaux ?

    La réponse à cette question lors d’une prochaine initiative de SOS Massif des Vosges.

    La Bresse le 04 décembre 2018

    Dominique Humbert

    Président

    Posted in Communiqué, Environnement, Parc Régional | Commentaires fermés sur Le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges crée des réserves pour écologistes.

    Chaume des Veaux, les signataires

    Retour pétition

    Dernières Signatures
    616Patrice MANGINDambach-la-Ville
    615Nicolas ZaepffelDambach-la-VilleProtégeons notre troupeaux
    614Paul Neumann67220 BreitenbachJamais la commission forêt aurait du accepter un tel défrichement. Une grave erreur !
    613Roland HILDTTHIONVILLE57100
    612Michel SCHLIFFER68140Laissons la chaume aux veaux
    611Renaud Collignon67200
    610CHRISTIAN COLINLAIX54720
    609Frédéric TrautmannNancy
    608Jessica PrunetECKBOLSHEIM67201
    607Emmanuel PrunetECKBOLSHEIM67201
    Posted in Pétitions | Commentaires fermés sur Chaume des Veaux, les signataires

    Non au projet touristique de yourtes sur la chaume des veaux


    Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/users6/s/sosmdv/www/wp-content/plugins/speakup-email-petitions/includes/class.petition.php on line 307

    La Chaume des veaux

    La Chaume des Veaux, vaste zone forestière défrichée au XVI e siècle par les moines de l’abbaye de Honcourt (St Martin dans le Val de Villé) pour ouvrir le paysage à la pâture, est une magnifique clairière d’altitude située sur le versant Sud du massif du Champ du Feu dans les Vosges moyennes, dans le département du Bas-Rhin.Véritable patrimoine environnemental à environ une heure de route de Strasbourg, le site est très apprécié pour la qualité de son paysage et la tranquillité des lieux.

    Dans la partie Sud de la chaume, le lieu-dit “Kaelberhuette” est aujourd’hui menacé par une projet de tourisme de masse de plusieurs yourtes qui risque de transformer le site en village de vacance avec de graves conséquences pour les milieux naturels et le paysage : surfréquentation, circulation automobile, bruit, dérangement de la faune de jour comme de nuit (des “ballades” nocturnes sont au programme!).

    Aidez-nous à conserver à ce lieu son authenticité et sa quiétude en signant la pétition d’opposition à ce projet.

    Signez la pétition

    Refusons le projet touristique des yourtes sur la chaume des veaux

    La Chaume des Veaux, vaste zone forestière défrichée au XVI e siècle par les moines de l'abbaye de Honcourt (St Martin dans le Val de Villé) pour ouvrir le paysage à la pâture, est une magnifique clairière d'altitude située sur le versant Sud du massif du Champ du Feu dans les Vosges moyennes, dans le département du Bas-Rhin.Véritable patrimoine environnemental à environ une heure de route de Strasbourg, le site est très apprécié pour la qualité de son paysage et la tranquillité des lieux.

    Dans la partie Sud de la chaume, le lieu-dit "Kaelberhuette" est aujourd'hui menacé par une projet de tourisme de masse de plusieurs yourtes qui risque de transformer le site en village de vacance avec de graves conséquences pour les milieux naturels et le paysage : surfréquentation, circulation automobile, bruit, dérangement de la faune de jour comme de nuit (des "ballades" nocturnes sont au programme!).

    Aidez-nous à conserver à ce lieu son authenticité et sa quiétude en signant la pétition d'opposition à ce projet.

    [signature]

    Signer
    616 signatures

    Partager avec vos amis:

       

    Les signataires

    Posted in Aménagements, Bas-Rhin, Environnement, Pétitions, Tourisme | Commentaires fermés sur Non au projet touristique de yourtes sur la chaume des veaux

    La Bresse : abandon définitif du projet de parking de Blanchemer.

    projet implantation

    Un coin de nature qui le restera…

    Il y a 10 jours, le 08 mars dernier le Maire de La Bresse a signé un arrêté annulant le permis d’aménager du 24 mai 2016 qui autorisait la construction du parking de Blanchemer. Cet arrêté a été pris, suite au courrier du 13 février de la société Rémi-Loisirs à la Mairie de La Bresse annonçant l’abandon du projet et la renonciation au permis d’aménager.

    Rappelons que le 6 décembre 2016 le Tribunal administratif de Nancy annulait l’arrêté du Préfet des Vosges, autorisant le parking au titre de l’environnement, le permis d’aménager du Maire n’avait par conséquent plus de raison d’être.

    C’est donc aujourd’hui, l’arrêt définitif de ce projet destructeur et inutile. Il aura fallu plusieurs années de combats et de procédures pour arriver à ce résultat. Nous souhaitons remercier chaleureusement toutes les personnes et les associations qui nous ont soutenus et accompagnés dans ce combat pour la nature, l’environnement et la raison.

    Nous avons entendu parler d’autres projets de parking qui seraient à l’étude, et nous restons très vigilants sur la suite. Notre association a fait des propositions alternatives pour la gestion du stationnement pendant les pics de fréquentation de la station. Ces propositions offrent une capacité d’accueil supérieure aux solutions et projets actuels, n’affectent ni l’environnement ni la ressource en eau, et utilisent des équipements déjà existants. Nous avons remis en mains propres un dossier complet sur ces alternatives à Madame la secrétaire Générale de la Préfecture des Vosges et nous ne comprendrions pas qu’elles soient repoussées d’un revers de main, pour laisser la place à de nouveaux défrichements et destructions d’espaces naturels.

    Nous appelons les autorités Préfectorales et Municipales à inscrire le respect de l’environnement en tête de leurs priorités dans les éventuels projets a venir. Notre association saura le cas échéant prendre ses responsabilités si tel n’était pas le cas.

    SOS Massif des Vosges

    Posted in Communiqué, Environnement, Parkings La Bresse, Ski, Vosges | Commentaires fermés sur La Bresse : abandon définitif du projet de parking de Blanchemer.

    Parking de Blanchemer, du plomb dans l’aile !

    Communiqué

    site-projet-blanchemer

    Tout raser pour un parking, est-ce bien raisonnable?

    Le Tribunal administratif de Nancy vient de rendre, aujourd’hui 06 décembre, sa décision suite au recours que nous avions déposé contre l’arrêté du 27 juillet 2015 du Préfet des Vosges, autorisant le parking du pont de Blanchemer, pour le compte de la société Remy-Loisirs

    Cet arrêté a été annulé

    Ce parking dont la construction avait été programmée pour le printemps 2015 puis reporté suite aux recours déposés à l’été 2016, ne pourra donc pas voir le jour dans l’immédiat. La Préfecture a deux mois pour interjeter appel de ce jugement. Elle peut aussi recommencer toute la procédure : étude d’impact, enquête publique etc.

    En tout état de cause cette première victoire montre qu’il est possible de contrer les politiques insensées d’aménagements du massif, et qu’il faudra désormais compter sur la pugnacité des associations pour que soient respectés l’environnement, la biodiversité, la quiétude et la beauté des paysages vosgiens.

    Le combat n’est pas pour autant terminé, et nous restons vigilant pour la suite. Un second recours contre l’arrêté d’aménagement du Maire de La Bresse pour le même parking est à l’instruction et sera vraisemblablement examiné par le Tribunal courant 2017.

    La politique d’aménagement à outrance du massif de Vosges ne peut continuer sans qu’aucune réflexion sérieuse sur la capacité d’accueil du massif et sur les risques que des équipements de plus en plus nombreux, de plus en plus grands font courir à l’équilibre général, à l’environnement et à terme à l’activité touristique elle-même.

    A la station de La Bresse Hohneck, la question du stationnement des voitures va continuer de se poser dans les mêmes termes pendant la saison hivernale à venir. Les autorités continueront-elles d’autoriser, en violation des lois et règlements, le parking du pont de Bramont au sujet duquel le Préfet de Région écrit  qu’il s’agit : « ……  d’un parking implanté aujourd’hui à proximité immédiate d’un captage d’eau potable exposé à des risques jugés inacceptables » et dont l’agence Régionale de Santé (ARS) a clairement indiqué qu’elle ne donnerait plus son accord pour ce parking au-delà de la saison 2014-2015.

    La municipalité prendra -t-elle une fois encore des arrêtés autorisant ce parking, avec le risque d’une pollution de la source des Planches qui alimente 80 % des foyers bressauds, en violation des règlements et contre les avis et décisions des autorités sanitaires ?

    Il est temps de mettre un terme au laisser faire qui prévaut dans nos territoires. Sommes-nous prêts au nom du chantage aujourd’hui habituel à l’emploi à accepter n’importe quoi ? A prendre le risque de polluer une des ressources les plus essentielles à la vie ? Il est temps de réagir et de comprendre que ces menaces sont infondées et que l’emploi touristique, notamment hivernal, dépend déjà fortement des conditions climatiques, et de leur probable évolution.

    Notre association a fait des propositions alternatives pour la gestion du stationnement pendant les pics de fréquentation de la station. Ces propositions offrent une capacité d’accueil supérieure aux solutions et projets actuels, n’affectent ni l’environnement ni la ressource en eau, et utilisent des équipements déjà existants. Nous ne comprenons pas pourquoi la société Rémy Loisirs, refuse d’en examiner la faisabilité.

    Nous restons mobilisés pour la suite.

    La Bresse le 06 décembre 2016

    Posted in Aménagements, Biodiversité, Communiqué, Environnement, Parkings La Bresse, Ski, Tourisme, Vosges | Commentaires fermés sur Parking de Blanchemer, du plomb dans l’aile !